Rester positif face à la pandémie de coronavirus - conseils d'un travailleur de première ligne

Suba est médecin, humanitaire et podcasteuse. Elle partage avec nous les cinq habitudes qui lui ont permis de préserver sa santé mentale en tant que travailleur de première ligne pendant la pandémie.

La Mental Health Foundation est une des initiatives nationale en matière de santé mentale mise en place lors de l'épidémie de coronavirus. Les conseils du gouvernement destinés à assurer notre sécurité sont constamment revus et diffèrent selon l'endroit où vous vivez : cliquez ici pour plus de détails et des informations actualisées.

Les travailleurs de première ligne ont toujours été les piliers soutenant notre pays et l'épidémie de coronavirus qui s’est déclarée en mars dernier nous a rappelé leur importance. Les travailleurs sociaux, les infirmiers, les médecins, les pharmaciens, les employés de supermarchés et les chauffeurs de bus, pour n'en citer que quelques-uns, ont tous subi une pression sans précédent au cours de l'année qui vient de s’écouler. Avec des horaires de travail rallongés, une demande accrue et l'obligation de travailler loin de chez soi, les travailleurs de première ligne ont été mis à rude épreuve, tant sur le plan mental que physique.

Voici cinq conseils utiles pour aider les travailleurs de première ligne à préserver leur santé mentale pendant la pandémie

1) Accordez-vous le droit de vous reposer

Nous vivons une époque sans précédent, il est donc tout à fait normal de s'accorder du temps pour se divertir en regardant des séries télévisées, des émissions de télé-réalité ou des documentaires. Ma journée de repos est habituellement consacrée à ma liste de choses à faire ; or j'ai constaté une nette amélioration de ma santé mentale et physique lorsque je me donne le droit de me reposer. 
 
Le repos conscient est crucial et les idées, les réalisations et les décisions qui émergent durant ces périodes de repos sont celles qui nous permettent de poursuivre nos activités. Me détacher de mes attentes en matière de productivité et de ce que j’imaginais devoir faire m'a beaucoup aidée.
 
Prendre un long bain ou me plonger dans la lecture du dernier livre de Nikesh Shukla au lit sont par exemple des activités qui me ressourcent.

2) Veillez à bouger durant la journée

Si vous êtes comme moi, pratiquer une activité physique après une journée de travail physiquement et mentalement épuisante, surtout s’il fait nuit et froid dehors, est la dernière chose dont vous avez envie. Lors de la première vague, je me lançais des défis sportifs seule chez moi, mais j'ai vite abandonné lorsque mes horaires de nuit sont arrivés.
 
J'ai donc trouvé d’autres moyens d'intégrer plus de mouvement dans ma vie quotidienne. Pour moi cela a été la marche et la danse. J'ai la chance de pouvoir aller au travail à pied et, après une période de travail intense, c'est une excellente façon de me vider l'esprit, de prendre l’air et de me donner le temps de me calmer avant d’arriver chez moi. Sortir danser avec mes amis me manque beaucoup, alors je m’amuse à faire semblant que je joue dans une comédie romantique des années 90 : je mets mes chansons préférées et je danse en pyjama dans la maison tandis que mon masque pour le visage fait son effet, essayez donc ! Alors certes, je ne cours pas 10 km, je ne transpire pas en faisant un entraînement HIIT et ce ne sont pas des activités particulièrement intenses mais je me sens tellement mieux ! Et puis j’arrive à m’y tenir dans la durée et c’est bien ça le plus important. 
 
Rappelez-vous que si ce que vous ne tirez aucun plaisir à ce que vous faîtes, ça ne perdurera pas alors accordez à votre corps le temps de bouger comme il en a besoin, qu’il s’agisse de soulever des altères ou simplement de vous promener dans la nature une demi-heure par jour.

3) Profitez des autres sans vous délaisser pour autant

Nous sommes une espèce sociable et l'isolement a été l'un des aspects les plus difficiles de la pandémie. J'ai la chance de pouvoir me rendre au travail et d’évoluer avec des gens. Entretenir les relations peut se révéler difficile, mais absolument crucial pendant la pandémie.
 
Cependant, tous les travailleurs de première ligne ne travaillent pas avec d'autres personnes, et lorsque c’est le cas, il n’est pas garanti qu’ils s’entendent bien avec leurs collègues. Certains ont quelqu’un chez eux avec qui ils peuvent parler après une longue journée de travail tandis que d’autres vivent seuls. Si c'est votre cas, essayez de planifier des discussions avec vos amis ou votre famille sur Facetime ou Zoom. 
 
J’ai constaté que j’ai toujours l’impression que je vais exploser si je n'ai pas eu l'occasion de rire ou d’évacuer ce que je ressens avec quelqu'un. Toutefois, être constamment disponible en ligne peut aussi générer du stress. Si vous avez besoin de temps pour vous, éteignez votre téléphone et faites savoir à vos proches que vous avez besoin d'un peu d'espace pour vous ressourcer. 
 
Les réseaux sociaux sont un outil formidable pour garder le contact, mais il est essentiel de les utiliser de façon saine. Si certains contenus affectent votre moral, faites une pause, désactivez ou supprimez les applications au besoin, ce ménage a grandement amélioré mon expérience en ligne. 

4) Essayez de conserver vos anciens passe-temps ou d'en trouver de nouveaux

J’ai certes reconnu ci-dessus l’utilité de se reposer devant la télévision. Or il faut savoir qu’arrive un moment, notre cerveau sature de l’écran et il faut alors se tourner une autre source de distraction. Trouver une activité qui vous plaise et vous détende est primordial. Pour moi, c’est le chant : en karaoké sur YouTube ou encore Taylor Swift avec ma guitare, c’est mon meilleur remède anti-stress. 
 
Pour d’autres ça peut être la pâtisserie, le jardinage, la peinture, le bricolage… peu importe tant qu’on s’en trouve apaisé !

5) Reconnaissez et acceptez le chagrin

Nous devons tous faire notre deuil de personnes, de moments, des rêves, d’opportunités. Certains jours, je suis en colère et frustrée par la manière dont la pandémie a été gérée, je me sens inquiète et anxieuse pour la santé de mes proches après avoir passé des heures à m'occuper de patients mourants qui leur ressemblent tant, je me sens désespérée et vidée lorsque je perds de fantastiques collègues et je suis démoralisée de voir le temps passer sans aucune expérience positive à en retirer.
 
Le fait d’accorder du temps et de l’attention à ces sentiments difficiles m'a aidée à les reconnaître et ainsi ne pas m’y accrocher. J'ai réalisé que beaucoup d'entre nous ressentent la même chose et que même si nous sommes séparés les uns des autres, nous sommes unis à bien des égards. Partager mes ressentis avec mes proches et admettre quand je me sens triste ou frustrée a été libérateur. Si vous avez l'impression de n'avoir personne autour de vous à qui parler de ce que vous ressentez, vous pouvez contacter une ligne d'assistance aux personnes endeuillées qui vous offrira conseils et soutien.

Si vous pensez avoir besoin d'aide, demandez, ne restez pas isolé 

En Angleterre, Public Health England a établi des directives explicites concernant la santé mentale pendant la pandémie.  
 
Le site web de PHE, Every Mind Matters, développé en collaboration avec la Mental Health Foundation, vous permet d’établir un plan personnalisé pour prendre soin de votre santé mentale de la meilleure façon possible. 
 
Vous pouvez consulter Clear your Head en Écosse et Public Health Wales au Pays de Galles, ces sites Internet offrent de très bons conseils afin de préserver sa santé mentale. 
 
Si vous avez besoin de parler à quelqu'un de façon urgente et confidentielle, vous pouvez, à tout moment, appeler gratuitement les Samaritains au 116 123.