Le confinement et la violence conjugale

Pour les personnes dans des relations toxiques, la crise du Coronavirus peut aggraver la situation, et ce, pour de nombreuses raisons. Les craintes et les incertitudes liées au Coronavirus peuvent rendre les auteurs de maltraitance plus tendus, furieux et imprévisibles que d’habitude et le confinement signifie plus de temps en isolement avec eux.  Il est également plus difficile de se mettre à l’écart dans des endroits plus calmes, plus conviviaux et plus respectueux où l’on se sent plus en sécurité, mieux soutenu(e) et plus à même de demander de l’aide.  

Certaines mesures sont utiles pour tout le monde, donc essayez de vous tenir à une routine qui favorise la santé mentale et physique. Sortir se promener ou courir (tout en respectant la distanciation sociale) vous permettra de vous éloigner de l’autre personne et pourrait être l’occasion de demander de l’aide. Dans la mesure du possible, nous devons continuer à appliquer les méthodes habituelles pour assurer notre sécurité et celle de nos enfants. 

Si vous êtes en danger immédiat, composez le 999 pour appeler la police ou une ambulance. Si vous êtes en danger et vous ne pouvez pas parler au téléphone, appelez le 999 et appuyez ensuite sur le 55. Votre appel sera alors transféré aux forces de police compétentes qui vous aideront sans que vous n’ayez besoin de parler. 

Il peut également être utile de : 

1. Rester en contact avec des personnes de confiance 

Si c'est possible, utilisez la technologie (comme le téléphone, les emails ou des applications de messagerie) pour rester en contact quotidien (ou plus fréquemment) avec des personnes de confiance, comme des amis, votre famille, des collègues ou des voisins. Cela vous permettra de maintenir vos liens extérieurs et montrera à l’auteur des violences que d’autres personnes savent comment vous allez – et pourraient en alerter d’autres si elles n’ont pas de nouvelles de vous. 

2. Aller voir d’autres personnes 

Si cela semble ne pas présenter de danger, allez voir comment vont des voisins, des membres de votre famille ou des amis vulnérables, afin de passer un peu de temps dans des lieux hors de chez vous et où il peut être plus sûr d'obtenir de l’aide ou un soutien. Utiliser le service de consultation téléphonique avec votre médecin (GP) peut être un autre moyen de contacter d’autres personnes à qui vous pourriez demander de l’aide. 

3. Demander des renseignements et un soutien  

Outre les conseils du gouvernement écossais, vous pouvez contacter 24h/24 la ligne d’assistance téléphonique sur les violences domestiques et les mariages forcés en Écosse au 0800 027 1234 ou par courrier électronique à [email protected]  

Vous pouvez également contacter Women’s Aid Écosse pour obtenir des informations et du soutien. Si vous vivez au Pays de Galles, il y a  Women’s Aid Wales et en Angleterre, Women’s Aid peut vous donner des renseignements sur des sujets tels que le logement et comment traiter avec la police. 

Si cela ne présente pas de danger, appelez une ligne d’assistance téléphonique pour obtenir du soutien, que ce soit en ce qui concerne la santé mentale en général, ou en ce qui concerne les relations difficiles, en particulier: 

  • National Domestic Violence Helpline (Ligne nationale d’assistance téléphonique gratuite pour les violences domestiques) 24h/24 et 7j/7, gérée par Refuge - 0808 2000 247 
  • Ligne d’assistance AMINA, pour les femmes musulmanes en Écosse - 0808 801 0301 
  • The Men’s Advice Line, pour les hommes victimes de violence domestique -  0808 801 0327 
  • The Mix, informations et soutien gratuits pour les moins de 25 ans au Royaume-Uni – 0808 808 4994 
  • National LGBT+ Domestic Abuse Helpline (Ligne nationale LGBT+ d’assistance téléphonique pour les violences conjugales) – 0800 999 5428 
  • Les lignes de conseils de Rights of Women (droits des femmes) proposent différents services  

This translation was funded by Foundation Scotland and the National Emergencies Trust and distributed by the Scottish Refugee Council.